jeudi 28 mai 2015

Memphis, capitale du blues #roadtrip #2

0




Memphis…
Là encore, de très belles références musicales: Elvis, Aretha Franklin évidemment, mais aussi Justin Timberlake, ou, pour nous, français, Eddie Mitchell :p

Je voudrais ici remercier Deezer pour m’avoir accompagnée tout au long de ce road trip avec une bande-son des plus folles : après Johnny Halliday à Nashville, Eddie Mitchell a Memphis, la Compagnie Créole a New Orleans ! (véridique)



Soyons claire, j’ai nettement préféré Nashville à Memphis. En partie, je pense, car je n’ai pas passe de véritable soirée à Memphis, comme je l’avais fait à Nashville et je suis du coup sans doute passée un peu a cote de l’âme de la ville. En effet, le trajet depuis la distillerie Jack Daniels en passant par l’Alabama et le Mississippi, histoire de cocher deux états de plus sur la carte, était un peu long et monotone…

En revanche, je conseille cependant l’étape, ne serait-ce que pour visiter Graceland, la maison du King.

pompommegirl


Graceland, la maison d’Elvis



24 pieces et 13 hectares extraordinairement kitschs, comme je les aime ! Tout en étant aussi sinistrement glauques à la fois…

Extraordinairement kitsch puisque c’est Elvis lui-même qui en a assuré la décoration, aide parfois par sa maman avec laquelle il vivait dans cette maison (notez le sublime papier peint caniche dessine par ladite mère, je n’ai pas réussi a redresser cette photo, j’en suis désolée, mais étant donne le chef d’œuvre, je l’ai quand meme mise ici). Outre ce papier peint caniche, on notera une pièce jungle avec moquette verte gazon au sol et au plafond, mobilier bois et petite cascade sur un mur, un salon pour regarder la télévision, enfin les télévisions, bleu et jaune, une salle de billard avec la meme toile tendue en tapisserie sur les murs et le plafond, ainsi qu’une spectaculaire collection de voitures, qui compte aussi un tracteur John Deere, c’est important de le préciser ici je crois.



[le salon avec les 3 télés (comme dans les 3 Freres, donc)...
au total, on compte 14 téléviseurs dans toute la maison!]
[le salon "jungle" qui fut ensuite transformé en studio d'enregistrement]
Sinistrement glauque parce que toute la maison est tournée vers l’intérieur. On ne visite pas l’étage, autrefois les appartements prives d’Elvis, duquel il ne descendait que parfaitement maquillé et apprêté. Seuls le rez-de-chaussée et le sous-sol se visitent, un sous-sol d’ailleurs complètement aménagé aussi. Du coup, malgré une déco surprenante, peu de lumière dans cette maison et une impression presque de visiter un bunker. Un bunker kitsch, mais un bunker quand meme. C’est sans doute lie à la personnalité d’Elvis, qui, de ce que j’en ai retenu, était un tantinet dépressif et a terminé sa vie completement boulimique et addict aux medicaments (le garcon pesait quand meme 140 kilos a la fin de sa vie, soit 42 ans!). pff, quel dommage... parce que bon, moi je le trouvais plutot Beau Gosse, Elvis, a ses debuts...
postcard
[BG !!!]

[je veux la meme !!!]
tapisserie
[Il est mignon le caniche a sa moman...
ideal pour une chambre a coucher, non ?]

Bref, Graceland est un must-do à Memphis ! Comptez trois heures pour faire une visite exhaustive et conseil #radinmalin avec un peu de chance, si vous logez dans le motel kitschissime juste à côté, vous pourrez récupérer des coupons pour payer un peu moins cher l’entrée

3734 Elvis Presley Blvd

$36 pour visiter juste la maison, $40 pour visiter les jardins et la collection de voitures en plus -> ça vaut le coup, $77 pour vivre « l’expérience VIP » avec les deux avions en sus

[les costumes mythiques... Cols pelle a tarte et manches chauve-souris !]



Apres Graceland, direction Downtown


Petit conseil #radinmalin numéro 2, évitez de stationner dans les parkings aux tarifs exorbitants du centre de Downtown, allez quelques rues plus loin et vous diviserez le prix de l’heure par 5 !
Comme j'etais garée a cote des bords du Mississippi, je suis allée voir les berges de plus pres, c'etait charmant avec la voie de tramway old-school...
Un tramway nommé désir, ca vous dit quelque chose ?

Apres un déjeunerplutôt bon mais pas donné pour la ville dans l’une des rues pseudo-piétonnes, direction le musée des droits de l’Homme.  



National Civil Rights Museum


Tentative de culture du road trip. Je pense qu’on peut dire qu’il s’agit d’un échec. Pour visiter ce musée entièrement, il faudrait une vraie demi-journée (il y a deux bâtiments) et une solide connaissance de l’histoire américaine. J’avoue, après la première salle avec l’explication du commerce triangulaire, j’ai perdu pied. Le musée est très dense, très détaillé (une pièce sur l’abolition de l’abolition de l’esclavage par état), trop détaillé pour moi qui n’ait qu’une culture très approximative de l’histoire américaine.

En revanche, a noter : c’est le premier musée que je fais aux Etats-Unis avec autant d’américains !

Du coup, je crois que j’aurais pu me contenter de voir le motel de l’extérieur… en effet, le musée a été érigé dans le motel dans lequel a été assassiné Martin Luther King (là aussi, entrainez-vous a le prononcer à l’américaine pour vous faire correctement comprendre…). A 39 ans. Encore un qui n'aura pas fait long feu, si je puis me permettre...
450 Mulberry St
$10 l'entrée

Memphis
[Ce qui de loin ressemble a une bouée de sauvetage est en fait une couronne de fleurs,
marquant le blacon sur lequel MLK a été assassiné]
 
Beale Street

C'est le soir qu'il faut se rendre a Beale Street, un peu comme Broadway a Nashville. Parce qu'un dimanche a 17h, c'est un peu mort... Je crois aussi avoir préféré Nashville pour les minis rooftops de ses bars aussi. Ici, a peine quelques terrasses... (C'est quand meme un vrai probleme que l'absence de terrasse dans les bars aux US, hein, j'en avais parlé ici)








Walk of Fame

A chaque ville de ce road trip un Walk of Fame je crois ;)
Pas grand chose a voir, le seul chanteur dont je connaissais le nom est ci-dessous. Hum...
Beale Street, entre 2nd et 3rd Ave


Sun Studio

Je n'ai pas fait la visite du mythique studio d'enregistrement d'Elvis; il est légerement excentré, dans une zone un peu terne de Memphis, justement... Elvis y a enregistré son premier tube. Son producteur de l'époque l'avait d'ailleurs choisi pour "sa voix de Noir dans un corps de Blanc". Tu m'etonnes qu'en 1953 dans le Tennessee, le Blanc passait quand meme mieux d'un point de vue marketing (je dis ca apres avoir visité le musée des Droits de l'Homme, donc)! Malgré tout le sens marketing de cet homme, il ne restera pas l'impresario d'Elvis bien longtemps et tres vite un dénommé "Colonel" Tom Parker, qui est a peu pres autant colonel que vous et moi, reprendra en main les contrats, lui fera signer avec la RCA et fera veritablement s'envoler la carriere d'Elvis.
706 Union Avenue
$12 l'entrée 


pompommegirl.blogspot.com
[le Sun Studio]

Départ vers 17h30 pour... Kosciusko, Mississippi a suivre...
Pour retrouver tout l'itinéraire du road trip c'est ici et pour relire la premiere étape a Nashville c'est la!



mardi 26 mai 2015

Pourquoi j'ai eu envie de tuer Momo ce matin

2

Parce qu'il fait jour très tôt, je me réveille très tôt en été.
(Parenthèse 1: c'est l'été, la, 25 degrés, le retour de la chaleur moite et, il y a des signes qui ne trompent pas, j'ai vu mon premier rat hier soir dans la rue)
Comme je me réveille très tôt et que j'ai fini de regarder How I met, j'ai décidé d'aller a la laverie avant de me rendre au bureau.
(Parenthèse 2: oui, a New York, il n'y a pas de machine a laver dans les appartements, j'en parlerai en détail un jour, promis)
Comme la machine dure 28 mn (c'est super court pour un cycle de lavage, pas étonnant que mes fringues ne sentent jamais le doux parfum de la lessive), j'ai décidé d'aller a la poste, acheter des compléments de timbres, pour envoyer mes cartes de Boston. 

Tout commence bien, pas d'attente! La poste a meilleure allure que celle a côté de mon bureau, sur 43rd, même si, sans Google maps je ne l'aurais jamais vue puisqu'il n'y a pas d'enseigne extérieure. Pratique, n'est-ce pas?

Du coup, je me rends directement au guichet: 

- Hi, I'd like to send these postcards to France

Regard dubitatif du guichetier. Les lettres, moi, les lettres, de nouveau moi.

- I already put a us stamp on but I know it's not enough so I'd like to complete the amount due.
- You have to put a second stamp, the same one.

Merci du conseil Momo, la prochaine fois que je n'ai besoin de rien, surtout je viens te voir! Admettons que Momo (ce sera désormais le nom de notre guichetier préféré) ne m'ait pas bien comprise entre grammaire approximative et accent bien français. 
- Yes, I know but I already buy those, so I'd just like to complete. How much is a US stamp?
(La, on ne le sent pas, mais j'essaie de garder mon calme, parce que si je m'énerve, ça va mal se passer. D'expérience, il ne faut jamais exprimer son mécontentement en s'énervant avec les américains, je vous en parlerais aussi un jour!)

Momo semble enfin avoir compris ma requête et pose la première carte sur la balance. 1 minute plus tard, il imprime la vignette, d'une valeur de $0.66. Au passage, un timbre pour la France coutant $1.15, j'en déduis que la valeur de mes timbres US only est de $0.49. Donc meme en doublant la mise, je n'atteignais pas les $1.15, hein... (un jour aussi, j'ecrirais sur ce que j'appellerai parfois méchamment l'ignorance de certains americains, mais je ne voudrais offenser personne, donc je cherche encore mes mots sur le sujet).
Comme il y a trois cartes postales de format identique, avec une destination identique, pensez-vous qu'il l'aurait imprimée en trois exemplaires? Bah non, hein. Belote et re-belote.

Apres avoir imprimé la premiere vignette, qui fait environ 7 cm de large, dont 4 cm de sticker blanc inutile sur les cotés, Momo s'applique bien et la colle a cheval sur le recto de ma super carte postale toute ronde et trop stylée. La, j'ai beau savoir qu'on est aux Etats-Unis et que je n'ai aucun intéret a m'enerver, c'est quand meme plus fort que moi, je dis a Momo que je vais coller les suivantes et qu'on pourrait peut-etre découper les 4 cm sur les cotés qui ne servent a rien. Bug de Momo, qui ne voit pas le probleme.

- Do you have scissors ?
- No... but I have a knife.

Non mais t'es serieux, la ? Tu me proposes vraiment un couteau ? Tu m'as bien regardée ? Je suis a deux doigts de te trucider et tu me proposes de me mettre l'arme du crime entre les mains ? Heureusement, j'ai des principes et jamais d'homicide avant 8h du matin en est un.

Arrive le tour de la troisieme carte. Et la rebug de Momo. La carte est vierge, je n'ai pas encore pris le temps de l'ecrire. Juste collé un timbre dessus, en pensant naivement qu'a la poste, je récupererais simplement la vignette pour compléter l'affranchissement et que je pourrais l'écrire tranquillement en attendant la fin de ma machine a laver. Naïve que je suis...

- I cannot give you the vignette for this one, I can only sell you a stamp.

Ok, tres bien vends moi un timbre, je vois pas le probleme.

- It's $1.15

Hein ??? Mais non, je t'ai expressement dit que je voulais compléter l'affranchissement, Momo !!!

- I cannot give you the vignette, because once you give me the mail, I have to keep it, I cannot let you go with a vignette.

Cette fois-ci, c'est moi qui bug. Et pourtant, je devrais etre habituée, hein, c'est une situation typique de ma vie ici: il y a une regle, un process, une interdiction et du coup, bah non, on ne peut pas déroger au principe. Mais jamais on ne te dit quel est le process/la loi/l'interdiction qui t'en empeche, hein. On te dit juste "You cannot do that".
Et ca, ca a le don de me rendre folle. Il n'y a JAMAIS place pour la negociation, la discussion, le compromis. Il y a juste le process. Le process. Et le process. Et un mec comme Momo, dont tu as l'impression qu'il a ete lobotomisé, qui te propose le plus naturellement du monde d'envoyer la carte vierge, avec juste un affranchissement.
Et des situations comme ca, ou a toi, francais, il te parait évident qu'on peut trouver une solution plutot intelligente (laisse moi repartir avec ma vignette, une seule sur les trois, de toutes facons, que veux-tu que j'en fasse, de ta vignette, hein? Du traffic de vignettes aupres des gens qui auraient acheté des cartes postales de 15 cm de long pour pouvoir expressement coller des vignettes ?), simple et sans effort, et ben non, tu te retrouves face a un Momo, qui te dit non, de la facon la plus absurde qui soit.
Et moi, dans ces situations, et ben je comprends pas et j'ai tres vite tendance a m'enerver. Je ne comprends pas le non-sens. Alors, certains jours, lorsque je suis plutot calme, je prends sur moi, je n'essaie pas de discuter et j'accepte. Et puis, d'autres jours, comme un mardi matin ou tu t'es levée a 6h, pour débuter une semaine moyennement prometteuse durant laquelle tu vas etre maitre de stage/nounou du fils du consul de Tunisie parce que ton chef a accepté de le prendre en stage mais se casse toute cette semaine-la en déplacement, et ben, ce jour-la, l'absurdité, ca ne passe pas. Alors, comme tu n'es pas totalement surexcitée non plus (du moins, pas aujourd'hui), ca ne dérape pas trop, tu soupires juste en levant les yeux au ciel, tu découpes a la main et a l'arrache les bords blancs de la vignette pour pas défigurer le recto de tes jolies cartes de Boston, et tu écris la derniere carte postale en 30 secondes, face a Momo qui ne voit toujours pas le probleme d'envoyer une carte vierge mais bien affranchie.

Légerement degoutée, tu paies tes $1.98 par carte de crédit, et au moment de te donner ton recu long comme le bras (véridique, je viens de vérifier, le recu fait exactement la longueur de mon avant-bras, et ce, pour 3 vignettes a $0.66 est-il besoin de le rappeler), Momo entoure un truc sur ledit recu et te demande, machinalement, l'air de rien:
- How was vacation?

Tu regardes de plus pres et tu vois que le truc entouré sur le ticket c'est l'enquete de satisfaction de ton experience client aujourd'hui avec lui, sur laquelle la prime de Momo sera sans doute indexée en fin de mois. 




A l'occasion aussi, j'ecrirais un article sur le CNPS et la relation client aux Etats-Unis, tiens...