jeudi 30 mars 2017

Les 6 catégories de skieurs que l'on trouve sur les pistes des 3 Vallées

0

J'aime bien classer les gens dans des cases et faire des typologies dégoulinantes de clichés. Aussi, ces vacances au ski en solitaire (=tu te parles encore plus à toi même que d'habitude, c'est dire) sont-elles propices à une petite analyse du genre.



NDLR: ces propos sont donc essentiellement valables fin mars 2017 aux 3 vallées et ne pourront en aucun cas faire l'objet d'une plainte pour propos racistes ou discriminants


1e catégorie: les anglais

La aussi, ne nous encombrons pas de détails et dénommons anglais tout ce qui parle British très fort avec une tête très rouge. Le British à Meribel, c'est selon mes propres statistiques bien evidemment 70% des skieurs. Et le British à Meribel ne perd pas ses bonnes habitudes, une petite pinte après le ski! En ce qui concerne la British, si elle est certes bien couverte sur les pistes, au moment de la pinte, retour aux sources, elle sera, comme à son habitude le samedi soir dans son pays, fort dévêtue, voire bizarrement vêtue. J'ai croisé ce soir des nanas en petit débardeur et combinaison de déguisement de Winnie l'Ourson pendant sur les hanches. Ce que je trouve passablement gênant avec le British au ski, c'est son manque de tenue global, y compris sur les pistes. Aucune civilité et un manque de contrôle de vitesse quasi général. Premier employeur de mono ESF et consorts. À l'instant où j'écris, je suis posée face à une réserve naturelle et les British qui déjeunent au dessus de moi font un bruit pas possible. À noter que le British semble friand de snowboard. J'en vois beaucoup, beaucoup, beaucoup (genre comme au début des années 2000, c'est dire).




2e catégorie: les russes

Ils constituent environ 25% des skieurs des 3 Vallées (toujours selon mes propres statistiques). Le russe, fidèle à sa réputation, attaque à la gnole a 10h, peut être même avant, mais je n'étais pas sur place pour vérifier. On m'avait vendu de la russe en vison, mais je n'en ai quasiment vu aucune sur les pistes, déception! En revanche, côté look, les mecs ont l'air d'apprécier la combi intégrale. Pas celle que tu avais dans les années 90, mais un truc uni, sans ceinture ventrale qui donne l'impression que tu as un bâton mal placé. 



Le russe se distingue également par trois petits accessoires, l'enceinte avec de la techno allemande des années 90, l'Apple watch, c'est vachement plus pratique pour skier et la GoPro quasi généralisée de 7 à 57 ans (espérance de vie moyenne du russe mâle). À noter que le premier accessoire peut aussi se retrouver dans la première catégorie.


3e catégorie: les vieux riches

S'apparente à Christian Clavier dans Bienvenue chez nous ou, si comme moi, vous n'en avez vu que la bande annonce, à Jacquart dans les Visiteurs. Il connaît tout ici et agit en seigneur, crinière au vent et doudoune Monclerc à l'appui. Madame, quant à elle, si elle skie, use et abuse du lipstick coloré façon rouge à lèvres. Ils sont eux aussi, rarement équipés en quechua. Ils sont bronzés parfaitement, sans les marques de lunettes, contrairement à moi. Les éléments de la catégorie 3 ont été remarqués dès le quai de la Gare de Lyon (NDLR)




4e catégorie: le jeune ouaich-ouaich

Tout à fait drôle à écouter dans un télécabine, lorsque tu es avec toute une bande, + un exemplaire de la catégorie 3. Entre celui qui veut allumer sa clope dans la cabine, les blagues autour de "ma teub, mon œuvre" et celui qui nous parle de "Saint Martin de la Ville", repris par son pote "mais non, d'Albertville", le trajet passe vite. À noter que ce type de skieurs est aussi parfois équipé d'une enceinte et d'un survet FC Barcelona comme on peut le voir sur la photo.



On a pu remarquer dès le départ du train quelques uns de ces éléments également, relativement peu discrets.


5e catégorie : le vieux briscard d'Annecy

C'est à lui qu'on doit cette fameuse réplique "j'ai arpenté ces Vallées de long en large pendant 50 ans et je ne suis sorti aujourd'hui que parce qu'il fait beau". Il habite Annecy et snobe les stations de la Haute-Savoie pour venir à Meribel. Notons que le vieux briscard peut aussi être une paire de mamies de 70 ans qui trépignent en attendant la navette "parce que normalement on est la avant 8h" et que je retrouve en train de couper dans la poudreuse quelques heures plus tard, telles mes frères à l'adolescence remontant le skate park skis sur le dos lorsque les remontées sont fermées. Ce type de skieur veut bien te dire bonjour quand tu montes avec lui mais guère plus.




6e catégorie: les piétons

Ok, c'est pas des skieurs, mais quand tu les as dans ta cabine, bah t'en profites aussi, donc ils ont droit à leur propre catégorie, bien qu'un peu hétéroclite. C'est une catégorie un peu vaste dans laquelle on peut retrouver les femmes enceintes (ras), les femmes en cure à Brides les Bains et quelques vieux qui ont du mal à chausser les skis mais qui connaissent la vallée et ses sommets par cœur (des anciens catégorie 5, comme la mamie hier qui cherchait en vain l'aiguille du fruit et qui a annoncé tout de go qu'on "voit les écrins trop bien, c'est pas bon signe". C'est le "ah il va faire beau demain" a Duerne quand tu vois le Mont Blanc (oui à Duerne, tu vois le Mont Blanc) local.). Ils prennent un café en haut et admire la vue et ont bien raison. À propos, je t'ai parlé du prix du Pepsi Max pas frais (parce que les glaçons sont pas comestibles) mais avec vue sublime?


Reste une catégorie subsidiaire fourre-tout dans laquelle je me place, ainsi que les beaufs bretons que j'ai croisés tout à l'heure, les espagnols d'hier sur le télésiège, les étudiants qui partent faire du hors-piste... oui, il faut bien que je rehausse le niveau de la catégorie dans laquelle je me suis placée hein...


Si tu vois une autre catégorie à laquelle je n'ai pas pensé, n'hésite pas à m'en faire part ⛷😉


mardi 28 mars 2017

Je n'aurai jamais le sens de l'orientation 😔

0

Aujourd'hui, j'avais prévu de te parler de mes fiertés en tant que femme forte et indépendante qui part faire du ski toute seule dans une station qu'elle ne connaît pas. 


Cet article aurait alors dégouliné de bon sentiments et de positive attitude (#Lorie) et, même si c'est sans doute une bonne chose, point trop n'en faut.
Laisse moi plutôt te raconter ma journée où comment aujourd'hui je devais lever le pied et m'asseoir à la terrasse d'un café deux bonnes heures pour bouquiner (et bronzer. Un peu.) qui s'est transformée en 8h30-17h45 avec pour seule lecture le plan des pistes.


Déjà, je me suis réveillée à temps pour le pain frais du boulanger qui passe chaque matin dans le hall, avant 8h30. Comme je devais écourter la journée, je suis partie tôt. À 10h, je voyais mon premier Mont Blanc du jour et j'avais déjà fait chauffer la wax (expression très connue dans le monde des riders. Ou pas en fait.).


Je change de versant et pars visiter une autre partie du domaine, avec un super téléski bien pentu qui t'emmène sur deux super pistes avec une neige nickel le matin, c'est assez rare pour être souligné. Je l'ai donc fait deux fois. Ensuite je suis remontée au spot extra d'hier et là, déception, la neige était gelée sur une bonne partie de la piste, une patinoire géante. N'étant pas Candeloro, j'ai posé mes fesses sur un banc de ski un peu à l'écart et dévoré le casse-croûte que je m'étais concoctée à base de jambon-beaufort-chocolat blanc, autant te dire qu'après ça, j'étais d'attaque.
 

Je me dégotte un autre spot pour l'après midi et, comme la neige était bonne, j'y suis restée deux heures. À faire grossomodo les deux seules pistes en boucle. C'était bien, mais comme j'avais toujours en tête mon fameux café lecture et le sauna à 17:30 dans ma résidence, je me suis mise en route pour rentrer. J'avais vu large, mais pas tant que ça, donc j'ai rapidement oublié le café lecture. Mon but : aller récupérer un télécabine pour éviter la bouillasse de bas de station.
Je prends donc la télécabine prénommée   Pas du lac 1 pour rejoindre Saulire express1, ce qui semble tout à fait possible selon le plan. Je descends de Pas du lac 1, je vérifie mon itinéraire avec le pisteur qui me conseille plutôt de remonter pour prendre Pas du lac 2, pour choper Saulire express 2 directement. Ca me semble être une bonne idée, ensuite, je me pose dans la cabine jusqu'à Meribel Village et là je prends mes œufs pour redescendre jusqu'à Brides les bains.


Sauf que les mecs dans leur station, ils appellent tout pareil à quelque nuance près. Et que moi, j'ai suivi les panneaux "Saulire" au lieu de suivre "Saulire express". Ce qui m'a emmenée du côté de Courchevel. Juste avant la fermeture des remontées mécaniques. Voilà voilà.


Et me voici donc à 16h51 au telepherique "Saulire", en panique sans vraiment savoir où va m'emmener ce téléphérique, sans même le forfait pour pouvoir le prendre normalement puisque je suis à Courchevel et recueillie par deux monsieurs sympas, qui me voient en panique et qui décident de me sauver en m'expliquant comment je vais pouvoir rejoindre Meribel simplement, mais que bon, pour les œufs de Brides ( 🍳 👰 ca fait plusieurs fois que l'iPhone me propose ces smileys j'ai pas pu m'empêcher, digression), ca risque d'être un peu tendu.
Je me vois déjà en train de faire du stop pour rentrer, bon, cela dit, c'est pas ce qui m'effraie le plus.
À l'arrivée, les deux papys me disent "oh mais Saulire express 2 fonctionne encore, essayez". En vrai, les mecs ils avaient fermé l'accès au public mais comme je leur ai fait le combo sourire innocent + larmes aux yeux "je suis perdue", ils m'ont ouvert une cabine juste pour moi. À l'arrivée, j'ai quand même speedé pour attraper les œufs pour Brides... il était 17h26!


Bref, alors que je m'apprêtais à noter explicitement le fait que je ne me sois pas perdue dans la liste des choses dont je quis fière depuis hier... voilà voilà, on repassera, le sens de l'orientation c'est toujours pas ça 😂

lundi 27 mars 2017

Que faire quand on ne travaille pas pendant 6 semaines?

0

Je suis sûre que tu t'es déjà posé la question de ce que tu ferais si tu avais plus d'un mois de vacances, non stop.
Dans le top 3, on retrouve toujours le fameux "partir loin en voyage au moins un mois", suivi de "partir au soleil trois semaines" et de "visiter l'Australie en van". Bon. Au risque de te décevoir, je n'ai rien fait de tout ca.


Je me suis déjà reposée toute la première semaine, en traitant ici et là quelques trucs administratifs. Ensuite, je suis allée voir une copine qui a enfanté et dont je n'avais pas vu le chef d'œuvre de mes propres yeux.


Après tout ca, je me suis formée. 5 jours répartis sur 2 semaines.
Et puis, le reste du temp, j'ai profité.
De la famille, des amis, de Paris... j'ai même profité de la belle-famille quatre jours à Porto, c'est dire!



C'est marrant les réactions des gens quand tu leurs annonces que tu quittes ta boite et que tu en profites pour prendre six semaines off. Déjà parce que la boite que je quitte, c'est pas trop le genre de boite avec un turnover important. On est plus sur du 30 ans d'ancienneté je crois 😜
Et donc, forcément, dans ce genre d'entreprise, le changement effraie.
À l'annonce de mon départ, j'ai eu parfois l'impression de passer tantôt pour une folle ("tu es vraiment sûre de toi?"), tantotnpourbune héroïne qui aurait gravi l'Everest ("wahou, t'as tellement de courage!").
En vrai, ce n'est ni que je ne suis pas morte de trouille à l'idée de recommencer à bosser lundi prochain, ni que je suis super ravie de me débarrasser de mon ancien job, enfin si un peu quand même, mais c'est surtout qu'après neuf ans dans cette boite et surtout 18 mois après mon retour de New York, je m'ennuyais. Sévère. Plus rien ne me donnait envie de me lever le matin. Et surtout pas cette marque pour laquelle j'avais pourtant tant œuvré dans mes jeunes années. Mes copines peuvent témoigner 😝


A une semaine de redémarrer, je suis contente d'avoir surmonté ma peur du changement, j'ai envie de me fixer un nouveau challenge intellectuel (mon dieu que cette phrase est superficielle) et surtout j'ai bien l'intention de profiter à fond de mes cinq jours à Meribel hihi...


C'est pourquoi je vais retourner à mon hot-dog qui n'en est pas un et je te souhaite une excellente semaine!




mercredi 22 mars 2017

[roadtrip Hawaï] L'ouest de l'île en un jour : Lahaina et kaanapali

0

Mais avant, le retour du volcan !

les trails dans le volcan Haleakawa

Le quatrième jour, réveillés relativement tôt, nous décidons de retourner du côté du volcan. Depuis notre jardin, le sommet ne semblait pas dans les nuages. Une heure plus tard, aux environs de 8h, nous nous baladons dans le cratère, en admirant les paysages. Enfin, au début, parce qu'ensuite les nuages arrivent et forment un joli nuage géant dans tout le fond du cratère. Après 1h30 de balade, nous décidons de remonter jusqu'à la voiture.

liste de balade dans le cratère du volcan
[si tu zoomes, tu verras le plan des trails ;
je crois que le plus long fait 20 km]


A Maui, se promener dans le cratère du volcan
[Chéri-Bibi en pleine forme pour cette rando...]

plante rare a Maui
[LA fleur à voir : l'ahinahina. Enfin, je crois.]

louer une voiture à Maui
[Ah ben ça, c'était marrant je trouvais]

Ouest, étape 1 : Lahaina, la mignonne

Nous filons ensuite directement dans l'ouest de l'île, le fameux côté désertique et torride (olé). Nous commençons pas la charmante bourgade de Lahaina et son outlet (bah oui, on ne se refait pas), ainsi que sa boutique Vans (Chéri-Bibi était alors dans sa phase "how to become a skater in 10 days ou presque", une phase en stnad-by depuis une chute de ski à Noël, mais là n'est pas la question). 

Lahaina que voir ?

Lahaina en une journée

De Lahaina, outre son outlet, nous retiendrons la place avec le banyan aux 15 000 racines (selon les manifestants ou ka police les chiffres diffèrent), vieux de 140 ans et bien agréable avec cette chaleur pour le coup vraiment brûlante. C'est une ville balnéaire américaine, et, comme à Key West, on retrouve cet aspect Disneyland, avec une artère principale dédiée au shopping et des maisons en bois colorées. Nous avions également déjeuné sur le pouce dans un boui-boui 4.5 étoiles/413 avis sur Yelp dénommé Local Food, mais qui semble avoir fermé depuis, sorry guys. 

banyan Lahaina


Ouest, étape 2 : Kaanapali, la déception

Orgie de musubi faite, direction les plages soit-disant paradisiaques de Kaanapali et compagnie.  Kaanapali a été élue à de nombreuses reprises "plus belle plage d'Hawaï" en raison de ses longs bancs de sable blanc et de son eau transparente et turquoise. Problème: la plage est bordée d'hôtels de luxe qui te donnent l'impression d'avoir privatisé la plage et c'est compliqué de trouver un stationnement gratuit. Un plan qui ne me convenait donc guère (#radinmalin oblige), je me suis donc garée salement (d'aucuns diraient "en bonne française") sur le parking du drugstore face au Sheraton et j'ai ensuite traversé le Sheraton en sifflotant l'air de rien, ma serviette planquée dans mon sac à dos. Pour le coup, j'avais laissé les transats et les palmes dans la voiture, faut pas exagérer non plus. 

bon plan parking Black Rock


La plage était certes magnifique et très pure, mais même en m'approchant du rocher Black Rock, je n'ai pas trouvé les poissons aussi fous qu'à Ho'okipa Beach; exception faite d'une murène énorme. Crois-moi, celles de la sorcière dans Arielle la Petite Sirène, c'était rien à côté.

Snorkeling à Black Rock

Et puis, c'est quand même un peu dérangeant d'être les seuls sur le sable à côté de tous ces bourg clients du Sheraton bien installés dans leur transat dans une petite maison vitrée à l'écart. J'ai été un peu déçue par Kaanapali.

plus belle plage de Maui à Kaanapali
[la déception incarnée]

Ouest, étape 3, Lapeyrouse Bay, lunaire

En revanche, j'ai adoré rouler jusqu'à Lapeyrouse Bay ensuite. La route passe au milieu des coulées de lave, en bordure de la mer et ne permet pas de croiser une autre voiture. Impression de bout du monde, j'en ai pris plein les yeux et ai fait remarquer à Chéri-Bibi qu'il aurait quand même au moins pu apporter des bières dans une glacière faute de pouvoir me demander en mariage dans un endroit aussi paradisiaque. Bordel.

paysages lunaires volcaniques


où voir des volcans à Hawaï ?


Lapeyrouse aventurier Hawaii
[NDLR : Lapeyrouse est né à Albi. Chéri-Bibi qui a
 des ancêtres dans le coin, tenait à le préciser]

voir un pick up à Hawaii
[le plan lover/bière en question]

Pour terminer cette belle journée, nous avons quand même pris une bière fraîche sur des rochers, en regardant les tortues (d'autres !) nager. 

Hawaï plage tortues


PS: pour une idée des belles plages, regarde cet article du blog de Jellymagine


mardi 14 mars 2017

[roadtrip Hawaï] Où voir des tortues à Hawaï ?

0

Le 3e jour, levés aux aurores pour aller voir le fameux lever de soleil sur le volcan Haleakala qu'avaient décrit 5inthe US et la Famille Bourg.

lever de soleil en haut du volcan conseils pratiques

Chéri-Bibi n'étant pas vraiment matinal, j'ai pris le volant et direction le parc national. On avait acheté l'entrée la veille, remember ? On était parti tôt.
Sauf qu'on n'avait pas prévu :
- les embouteillages pour arriver au sommet
- les nuages. Surtout les nuages d'ailleurs.

les itinéraires de rando dans le volcan

Donc bon, après avoir patienté près d'une heure dans le froid, le vent et le brouillard mouillant (c'est un peu comme le brouillard givrant, sauf que ça mouille, tu vois le concept ?), en ayant vaguement vu en montant quelques jolies lumières roses et violettes, on s'est décidé à redescendre dans la ville la plus proche se réchauffer avec un café, direction le marché de Pukalani. Je ne suis pas vraiment sûre. En revanche, ce dont je me souviens parfaitement, c'est le côté supra bobio vegan zen de ce marché, c'était... surprenant ! Et ça n'avait rien à envier au marché des Enfants Rouges par exemple ;-)

marché bio vegan


Et donc, les tortues ?

Après cette visite culturette divertissante, nous avons fait une bonne sieste, discuté avec la voisine qui nous a offert des mini-bananes (moyennant une petite discussion de 45mn sur la beauté de ses chihuahuas, quand on connait mon amour pour les chiens, on comprend l'exploit) et avec notre proprio airbnb, qui nous a conseillé d'aller voir les tortues sur la plage d'à côté.


Sans conviction, nous sommes donc partis pour Ho'okipa Beach, classée réserve naturelle et hotspot pour les surfeurs. Arrivés sur place, petite baignade avec le masque et le tuba pour admirer les poissons magnifiques... Peu de surfeurs à cette heure de la journée, juste quelques gamins un peu au loin ; en revanche, lorsque nous y sommes revenus trois jours plus tard un matin, la plage était pleine de planches ! Et de mecs qui méditaient avant d'aller prendre les vagues, de blonds bronzés (c'est pas un mythe) qui mettent leur gnome sur une planche alors que ledit gnome sait à peine marcher sur la terre ferme, bref tous les clichés possibles et imaginables.

Tortues géantes à Maui


Peu de surfeurs ce jour là donc. En dehors du fait que j'ai pris une tortue pour un rocher et lui ai donc marché sur le dos, ràs, une trentaine de tortues qui prenaient le soleil sur la plage un peu plus loin, bref, du classique ^^

Observer les tortues à Maui

Tu l'auras compris, définitivement cette plage fut notre préférée de toute l'île !

Retrouve l'intégralité de notre semaine à Maui ici !

jeudi 12 janvier 2017

[roadtrip Hawaï] Une journée pour faire la route d'Hana

0

Avant de te parler sea, sex and sun, au moins, je veux déjà te souhaiter une très belle année 2017 : pleine de roadtrips, de fromage et de sport (au moins bis).

Dans mon dernier article, je te racontais mon premier jour à Hawaï, avec la rando qui a failli tué Chéri-Bibi (au moins ter, promis j'arrête après). Le deuxième jour, Dieu créa la femme, et moi je m'aventurais sur la route d'Hana en voiture.

Belle plage de sable noir route de Hana

Jour 2 : la route d'Hana

Comme on logeait dans cet airbnb à Haiku-Pauwela, qui était situé presque au début de ladite route, nous sommes vite rentrés dans l'ambiance ! Une route un peu étroite pour les états-unis mais relativement large si ton référentiel insulaire est la Corse par exemple. 
Le principe est bien américain: tu fais une route aller et retour en voiture, en t'arrêtant à divers endroits pour admirer les points de vue, faire une photo ou deux, et éventuellement une petite balade au passage. Un peu comme nous avions fait avec Popa-Moman dans le Colorado, tu te souviens

J'avais noté quelques idées d'arrêts à faire grâce aux blogs de Laura, de la famille Bourg et d'Aloha Hawaii et surtout, une petite balade sur les conseils de Denis (notre loueur de voiture) que nous ne devions rater sous aucun prétexte, quel que soit le temps. Sur le coup, on n'a pas trop relevé cette dernière précision.

Parce que, encore une fois, écrire les articles 4 mois après le retour, ça n'est pas une bonne idée, à moins d'être hypermnésique, ce que je ne te souhaite pas par ailleurs, en résumé, voici les pauses que nous nous sommes octroyés sur la route :

- une mini forêt de bambous, très peu de temps après le départ. Timing: 5 minutes

Pause le long de la route de Hana
[ok, c'est pas des bambous, mais je ne retrouve pas de photo de
cette mini forêt donc pour la peine, t'as une mini cascade]
- une mini forêt tropicale, un peu après, parce que t'es dans la folie du début et la peur de rater ZE big spot qu'il fallait voir. A noter pour ma part, une tentative d'accrochage aux lianes façon Tarzan qui, en dehors de me brûler les mains et de me rendre bien ridicule, ne m'a pas transcendée. M'est avis qu'on nous a menti sur Tarzan, en vrai tu peux pas sauter de liane en liane aussi facilement. Timing : 15 minutes avec la mini hike et l'essai liane.

que voir le long de la route de Hana ?

- une pause sur la plage de sable noir de Waianapanapa (répète après moi). Le temps de quelques jolies photos et une attaque par des fourmis sur le sable. Timing: 15 minutes

Plage de sable noir à Maui

- un pique-nique dans un skate-park, près d'un blowhole nettement moins impressionnant que celui de la veille. Timing: 30 minutes, il faisait chaud.

Piscine naturelle sur la route de Hana
[J'avais pas trop de photo du pique-nique non plus donc bon....]
- LA balade conseillée par Denis à ne pas rater pour aller voir la cascade immense : Waimoku Falls. Très agréable quand il fait beau sans doute, assez effrayante quand tu te prends une averse tropicale sur la tête comme nous. L'avantage du bambou de 40 mètres c'est que ça protège (un peu) de la pluie. Timing: 45 minutes/1h avec les diverses pauses "il pleut vachement là quand même, t'es sûr qu'on continue ?". A ce moment là, je crois qu'on est entré dans le parc du volcan et qu'on a payé $20 l'entrée valable 3 jours, en carte bleue obligatoirement (question de #radinmalin, je voulais payer en CB, j'ai failli créer un incident diplomatique et me faire virer, j'avais oublié le côté procédurier des américains qui m'avait amené à faillir tuer un postier un jour)

Rando sur la route de Hana

Cascade le long de la route de Hana

- la suite de la balade : aller se baigner dans des piscines d'eau douce qui se jettent dans la mer, via Kuloa Point trail. T'as l'impression de tourner dans une pub Tahiti Douche, c'est juste magnifique. Timing: 30 minutes mais on serait bien resté plus longtemps

se baigner le long de la route d'Hana
[acteurs anonymes et non rémunérés pour pub Tahiti douche]
Comme il fait nuit super tôt, on s'est arrêté dans LE magasin de Hana acheter quelques trucs à grignoter et on a enchaîné les deux heures de voiture pour le retour, quasiment seuls au monde, dans une ambiance de fin du monde assez surréaliste provoquant ce type de réaction :
- faudrait pas qu'on tombe en panne, hein ?
- tu te vois vivre dans une de ces maisons dans la forêt, là ?
- imagine on devient écrivain et on a besoin de solitude, on partirait vivre ici

NB: il est possible de faire une boucle en contournant le volcan, via une route moyennement carrossable. Prudente que je suis, je n'ai pas pris cette option, cependant Keupine Blonde l'a fait après moi et m'a dit "easy baby" je cite.

balade route de Hana
[des bambous de 40 mètres de haut, même si, comme on peut le
voir ici, ça n'aura pas suffit à me protéger de la pluie diluvienne]
En conclusion, je tiens à apporter ma statistique personnelle sur le sujet : sur la route de Hana, 20% des voitures sont une Mustang ou un Wrangler. Retiens bien ce chiffre, il te servira très probablement lors de ton prochain cocktail mondain !
Balade route de Hana
[Beau Gosse à peine trempé en arrivant au pied de la cascade
 inaccessible puisque bien sûr trop dangereux]